870

France : la disparition des hôtels bon marché

3-etoiles Alors que le nombre d’hôtels baisse en France, le secteur de la petite hôtellerie économique indépendante est le plus touché, alors que les chaînes se développent de manière continue et que la concurrence des chambres d’hôtes agace les hôteliers.

Le secteur hôtelier français se restructure. Dans certaines régions, il serait difficile de trouver une chambre bon marché dans un hôtel indépendant. L’Insee a recensé 17 000 établissements en 2012, contre 17 721 en 2008. Les chiffres cités par le cabinet spécialisé MKG Group diffèrent un peu pour cause de méthodologie, mais les tendances demeurent. Entre 2011 et 2012, le recul de l’offre globale est à mettre sur le compte de l’hôtellerie économique. Selon le cabinet, ce sont surtout les établissements tenus par des indépendants qui ont fermé : 634 hôtels et 12 300 chambres auraient disparu en douze mois.

Les chaînes, elles, se développent lentement mais sûrement, mais les créations de nouveaux établissements indépendants sont rares. Un problème, car si le mouvement est en partie naturel, il ne doit pas conduire à une dégradation des capacités d’accueil de la France.

Donner de la visibilité aux petits hôtels est un objectif du nouveau classement hôtelier, mais une partie des hôteliers indépendants le rejette…

L’hôtellerie française en quelques chiffres

Au 1er  janvier 2011, la France comptait 17 070 hôtels :  13 934 hôtels indépendants, dont l’exploitant est propriétaire et la gestion souvent familiale, et 3 136 hôtels de chaînes, enseignes appartenant à des groupes hôteliers (Accor, Groupe du Louvre, Best Western, etc.).

L’hébergement touristique marchand  comprend également les résidences de tourisme (un ou plusieurs bâtiments d’habitation individuels ou collectifs), les campings, les villages de vacances, les meublés en location, les chambres d’hôtes.

Source : la-croix.com


 


Publié dans France, Hôtels, tendances (le Lundi 10 septembre 2012)

Vous avez aimé cet article ? Essayez ceux-là:


Pour suivre les commentaires, abonnez-vous au fil RSS 2.0. 

Exprimez-vous